Ma mère, mon poison...

La manipulation perverse d’une mère est une arme de destruction si puissante que les adultes qui en ont souffert deviennent des adultes brisés. Elle utilise les comparaisons et l’humiliation publique comme une méthode de contrôle.

Sans oublier que l’amour maternel qui ne serait pas inné est un sujet tabou, dont on parle peu. De nombreux adultes sont incapables de penser « toxicité » concernant leur mère. Les enfants excusent leur mère et nient leur souffrance.

Jusqu’au jour où il est impossible de faire un pas de plus : dépression, impasse professionnelle… »

La différence entre une personne heureuse qui développe son potentiel et une personne qui a des doutes, se trouve dans l’enfance.

Dès la grossesse, les bébés perçoivent dans l’utérus les sons de l’extérieur, et les émotions de la mère.

Quand la mère met ses enfants au monde, elle oriente sa préférence vers l’un d’entre eux, selon la position dans la fratrie, au mépris des autres.

Il n’existe pas d’arme plus destructrice que la comparaison injuste, mettant en valeur l’un, et dévalorisant l’autre.

En se faisant un allié dans ses enfants, la mère en retire un certain profit. Elle a besoin de former une alliance avec les autres membres de la famille pour exercer le contrôle.